Troisième Lettre d’Information

Chères Moissagaises, Chers Moissagais,

A l’heure où débute une nouvelle année nous souhaitions vous adresser nos meilleurs voeux, avec une pensée particulière pour toutes celles et tous ceux dont l’isolement n’a fait qu’augmenter ces dernières semaines et pour toutes celles et tous ceux qui ont donné tant de temps et d’énergie pour le bien-être et la survie des autres.

Pour tous nous espérons que la situation sanitaire s’améliore et que vous passiez une année en bonne santé. Pour Moissac nous souhaitons que l’état économique et social de la commune s’améliore et que la sérénité revienne dans le débat public.

Pour bien commencer l’année nous faisons un point sur plusieurs dossiers traités par la municipalité et l’inter-communalité ainsi que sur l’agitation du maire sur les réseaux sociaux numériques.

Commerces

Nous nous réjouissons que l’inter-communalité ait adopté notre proposition de chèque cadeau pour consommer dans nos commerces de proximité. Pour 20 euros dépensés, 20 euros supplémentaires vous seront donnés par la communauté de commune. Pour la marche à suivre, suivez le lien

https://www.terresdesconfluences.fr/actualités/la-communaute-de-communes-offre-100-000-eu-en-cheques-cadeaux-11-12-2020

Notons aussi que la mairie a préféré distribuer sans aucune condition de ressources (mais il fallait être inscrit sur les listes électorales…) des colis alimentaires à tous les plus de 65 ans. La justice sociale appréciera ainsi que les commerçants qui vendent autre chose que de la nourriture….

Maison de santé

Comme à son habitude le maire préfère la communication au travail de fond avec les partenaires de la commune. Il a fait voter un vœu par le conseil municipal pour inscrire sur le budget communautaire la construction d’une maison de santé qu’il ne peut pas chiffrer, faute d’étude… L’objectif n’est donc pas de construire mais de communiquer pour cacher ce que l’on ne fait pas… Bien sûr que nous sommes favorables à une Maison de santé au sein d’une politique concertée sur l’ensemble du territoire, en lien avec l’hôpital et le centre de santé public sur lequel investit l’intercommunalité. Mais nous avons refusé de signer un chèque en blanc et de participer à une mascarade de communication (qui est déjà en train de se lézarder).

Culture

C’est fini pour la compagnie Arènes Théâtre, en résidence à Moissac depuis 2010. Condamnée pour sa liberté et son refus de se plier aux exigences idéologiques de la municipalité RN. Désormais, à Moissac, nous rentrons dans l’ère de la culture officielle, idéologiquement contrôlée. Attendons maintenant de voir le sort qui sera réservé à Moissac Culture Vibration quant à sa liberté de programmation….

Rappelons pour mémoire qu’Arènes Théâtre intervenait dans les écoles et les collèges, proposait des spectacles pour tous les établissements scolaires (de la maternelle au lycée), animait une troupe amateur et un atelier au lycée… Espérons que les autres acteurs publics (Communauté de communes, Département et Région) permettent à la compagnie de continuer son travail sur notre territoire.

Conseil Communautaire

Au Conseil communautaire rien ne change. Aucun dossier d’ampleur pour le territoire n’est évoqué car l’ensemble de la capacité de financement est dédié au projet de piscine.

Le 16 décembre la subvention demandée par MCV n’a pas été accordée sous la pression des élus de Castelsarrasin. La guéguerre autour de la culture continue. Tant que la compétence culture ne sera pas intercommunale les tensions entre Moissac et Castelsarrasin ne s’apaiseront pas et aucune politique culturelle de territoire ne pourra voir le jour. C’est dommage mais c’est sûrement reparti ainsi pour 5 ans et demi….

Communication du maire

Aujourd’hui nous savons à quoi sert le candidat RN à la mairie de Cahors embauché en juillet au service communication de Moissac : il fait des posts Facebook, des vidéos et des photos à la gloire du maire et met en place pour lui une politique de lynchage sur les réseaux socio-numériques. Après avoir jeté à la vindicte publique une Moissagaise dont chacun pouvait reconnaitre la maison, il a essayé de faire de même avec l’association Escale Confluences et sa présidente, qu’il a accusé publiquement sur Facebook d’être responsable d’un dépôt d’ordure fait par l’un des hébergés.

Désormais la politique de Moissac se fait donc uniquement sur Facebook et Twitter et son objectif est de dresser les Moissagais les uns contre les autres.

Oui la propreté de la ville est un combat légitime mais le lynchage sur les réseaux socio-numériques entrainera notre ville dans un conflit permanent dont la responsabilité incombera au maire lui-même….

Pour rappel, Escale Confluences emploie une trentaine de salariés et assure un service d’accueil, d’hébergement, d’accompagnement individuel et d’insertion sociale pour les populations vulnérables. La mission première de l’association est la mise à l’abri des plus démunis (choisis et dirigés vers les logements par l’État).

 Par ailleurs, l’association se fournit auprès de commerces locaux pour les repas et de matériaux divers pour le chantier d’insertion entre autres…

Ainsi, si les associations comme Escale Confluences (ex Moissac Solidarité) venaient à disparaître, outre le manque à gagner pour certains commerçants, les tensions intercommunautaires se développeraient sur la ville, tout comme les logements de fortune… Il faudra alors résoudre le problème du camping sauvage des précaires à Moissac. L’occasion de faire le buzz sur Facebook pour Romain Lopez?

Enfin pour information et en guise de conclusion deux liens:

-Celui vers un texte “Moissac mérite mieux”, à l’initiative des partis de gauche du département, première étape dans la construction d’une réponse collective à la situation moissagaise :

Https://www.facebook.com/territoires.et.moissac.solidaires

-Celui vers le compte-rendu du dernier conseil municipal:

Bien sincèrement,

Vos élus d’opposition.

PS: vous pouvez diffuser cette lettre à vos amis

2ème lettre des élus de l’opposition municipale de Moissac, novembre 2020

Cher(e)s concitoyen(ne)s,

Il est de notre devoir de continuer à vous tenir informés de la situation moissagaise même si la situation sanitaire actuelle complique la communication : en effet nous aurions préféré organiser une réunion pour échanger avec vous mais cela nous est impossible, depuis plusieurs semaines, sans prendre de risques inconsidérés. Nous nous excusons donc par avance de la longueur exceptionnelle de cette lettre.

Personne ne peut dire aujourd’hui quelles seront les dispositions des semaines qui viennent (durcissement ou allégement du confinement) mais il est de notre responsabilité de les respecter. 

Il est en revanche regrettable que l’ensemble des commerces de proximité ne bénéficient pas de la même règle. A partir du moment où le protocole sanitaire en vigueur est respecté, chacun devrait être logé à la même enseigne. Le commerce de notre territoire, déjà très fragile, risque de ne pas survivre à cette nouvelle période…Des dispositifs de soutien intelligents et associant les citoyens existent. Nous souhaitons que notre commune y souscrive dés la fin de ce nouveau confinement:  par exemple des communes mettent en vente des bons d’achat valables dans tous les commerces de leur territoire et, pour un euro dépensé par le consommateur, elles ajoutent un euro (dans une limite qui peut-être de 30 ou 50 euros). Ainsi le consommateur achète 60 euros chez le commerçant tout en n’en dépensant que 30.  C’est à la fois une aide pour les commerçants et pour les habitants de la commune. C’est un effort auquel doit consentir Moissac…

Quelques informations concernant la vie publique et politique moissagaise de ces dernières semaines

Un maire à l’idéologie très marquée.

Toutes les occasions sont pour lui bonnes pour le rappeler, Romain Lopez est un homme de parti qui croit et promeut une idéologie d’extrême droite. Dans ses tweets où il surenchérit systématiquement sur ses camarades de parti et surtout sur sa maîtresse à penser Marion Maréchal-Lepen, dans ses discours (comme lors de la Libération de Moissac où il place résistant et collabos sur un pied d’égalité) où lors des conseils municipaux où toute discussion est l’occasion de ramener les débats vers des enjeux politiciens. Nous avons un maire d’extrême droite qui utilise son magistère pour promouvoir une idéologie dangereuse et saper les valeurs de la République.

Un maire obsédé par la communication

Nous vous le signalions dans notre lettre de juillet, les premières décisions de Romain Lopez ont été de placer ses amis politiques à la tête d’un cabinet idéologique et du service communication. Les résultats sont là. Entre la page Facebook, le site de la mairie et le journal municipal on a l’impression de revenir à l’époque de la Russie tzariste ou de l’URSS quand le Petit Père des Peuples se mettait en scène dans toutes les situations, faisant passer le message comme s’il pouvait, à lui seul, résoudre tous les problèmes du monde. Malheureusement nous savons tous que l’activisme communicationnel n’est souvent que le cache misère de l’impuissance. Il est en revanche le meilleur allié de l’idéologie. Les Moissagais préfèrent en rire comme le montre la série des “Romain” remplaçant sur les réseaux sociaux les célèbres “Martine”. Le culte de la personnalité n’est cependant pas toujours drôle dans la durée et se transforme souvent en autoritarisme. A ce sujet le règlement intérieur adopté par la majorité réduisant à la portion congrue la place de l’opposition dans la vie municipale est un signe très inquiétant.

Le Mépris de la République

C’est dit explicitement dans une tribune de Marion Maréchal-Lepen que Romain Lopez a mis en exergue sur Twitter après l’horrible assassinat de Samuel Paty (s’engageant par la même occasion sans vergogne dans une indécente récupération politique dés le soir de l’attentat), ce n’est pas la République qu’il faut défendre mais la France et ses valeurs chrétiennes. Militant ouvertement pour une nouvelle guerre de religions, il méprise ainsi les valeurs de la République pour laquelle la liberté de penser et la mise à distance de toutes les croyances religieuses sont des priorités. Il s’engage dangereusement dans un combat qui s’intègre dans la vision du monde islamiste d’un affrontement entre Musulmans et Chrétiens. Toute croyance en un absolu et une vérité éternelle, qu’elle soit politique ou religieuse, est par définition questionnée par l’esprit critique et renvoyée à l’espace privé. La situation actuelle n’est pas une guerre de religion, pas même un conflit de civilisation, mais un combat pour conserver les valeurs des Lumières et de la Révolution française contre celles et ceux qui voudraient nous ramener à des sociétés dans lesquelles il est interdit de penser.

Une intercommunalité sans boussole ni projet

Terres de Confluences va mal. Non seulement les leaders de cette assemblée ont été incapables d’affirmer des valeurs, alliant sans vergogne des élus soutenant le président du Conseil Départemental et ses soutiens de centre droit, le parti Radical de Jean-Michel Baylet et le Rassemblement National. Le but? Se partager les places de vice-président, sans véritable projet. Il ne se passera rien durant les 6 ans qui viennent si rien ne change. Les intérêts contradictoires des petits villages ruraux, des bourgs centres et des villes de Moissac et de Castelsarrasin ne seront jamais dépassés au profit d’une vision commune tant que les élus en place ne penseront qu’à leurs intérêts personnels. Un territoire d’avenir implique de faire des choix et de donner une direction. Aujourd’hui Terre de Confluences choisit de ne rien faire et de continuer à ménager la chèvre et le chou. C’est triste pour notre territoire.

Le rôle de l’opposition en conseil municipal

Lors du conseil municipal du 1er octobre denier, nous avons dénoncé plusieurs dérives dans la politique menée par la municipalité Rassemblement National nouvellement élue:

1) Les atteintes portées aux droits d’expression de l’opposition

le règlement intérieur du conseil municipal prévoit :

– une expression réduite à quelques lignes pour les élus de TEMS dans le journal municipal

– le maire se réserve le droit de rejeter une question orale de l’opposition et, s’il accepte la question, le débat ne pourra pas être relancé après la réponse du maire

– les convocations aux commissions municipales sont adressées 3 jours avant la réunion. Les élus de l’opposition ne pourront pas organiser leur vie professionnelle dans un délai si court.

2) La discrimination entre les associations

La majorité municipale prévoyait une délibération dans laquelle seules les associations moissagaises subventionnées par la mairie pourraient louer la salle “Confluences”. Sans l’intervention de l’opposition, les associations de parents d’élèves, qui ne sollicitent jamais de subvention municipale, n’auraient pas pu louer cette salle pour organiser des manifestations dans l’intérêt des enfants.

3) Une politique sécuritaire sans évaluation

L’embauche d’un policier municipal, promesse de campagne du maire rassemblement national,est présentée lors du conseil municipal comme un choix politique “à la Barèges/Menard” : la sanction plutôt que la prévention. Un choix politique à l’emporte pièce sans aucune évaluation du besoin local en terme de sécurité, sachant que nous disposons déjà de 10 policiers municipaux (la moyenne nationale est inférieure à 5 policiers municipaux pour 10 000 habitants).

4) La cantine: la mairie cherche une rentabilité à tout prix

Le maire Rassemblement National de Moissac maintient le choix de la municipalité précédente de facturer la cantine aux familles un mois avant ( les repas de cantine du mois novembre ont été payés par les familles avant le 03 octobre). Interrogé par l’opposition sur le maintien de ces modalités de paiement injustes, le maire indique qu’on ne fait pas de social dans le paiement de la cantine et que les familles dont les parents sont chômeurs n’ont pas à mettre leurs enfants à la cantine si elles ne sont pas en mesure de payer.

L’opposition, en posant cette question, ne ciblait pas la précarité des familles mais dénonçait un principe inique selon lequel on doit payer à l’avance un service qui n’a pas encore été rendu.

5) Des projets trop longtemps enterrés

Nous avons voté sans hésiter les projets d’aménagement urbains de la rue du Pont et de la Rue Guilleran. Ces chantiers sont indispensables pour notre ville. Les financements étaient bouclés depuis plusieurs années et les services avaient déjà travaillé aux plans et aux moyens. La seule et vraie question réside dans les raison qui ont poussé la majorité précédente à ne pas les engager. Tout était prêt, ne manquait que la décision de les mettre en oeuvre. Pourquoi avoir attendu?

L’opposition proposera un site et une page Facebook renouvelés

Une page se tourne. TEMS n’est plus seulement un groupe de réflexion proposant des idées pour l’avenir du territoire. Les élections municipales et la victoire du Rassemblement National sont passées par là. Désormais nous sommes aussi un groupe d’opposition municipale et nous devons veiller à informer les Moissagaises et les Moissagais de ce qui se passe tout en défendant l’intérêt général et les valeurs républicaines. Nous nous y employons et nous transformons donc notre site et notre page Facebook en un moyen pour entretenir le lien avec la population. Nous posterons régulièrement des analyses, des points de vue et des informations.

Nous sommes aussi à votre écoute et nous publierons les contributions que vous nous enverrez .

Ouverture et avenir du groupe d’opposition

Il est impossible dans les conditions sanitaires d’aujourd’hui d’organiser une réunion d’information publique et ouverte à tous telle que nous l’annoncions dans notre première lettre. Ce n’est que partie remise et dès que la situation le permettra nous la mettrons en oeuvre. En attendant nous proposons à tous ceux qui partagent nos valeurs et notre volonté de faire avancer Moissac de nous contacter (la Charte de TEMS est toujours disponible sur notre site et vous permet de nous situer). Nous vous tiendrons informés et vous associerons à la démarche. Nous sommes 6 élus liés à aucun parti, notre démarche s’adresse a tous, chacun peut y être associé et devenir un acteur majeur dans le respect des valeurs républicaines.

Contactez nous: Moissac@protonmail.com

Républicainement,

Estelle HEMMAMI, Franck BOUSQUET, Marie CAVALIE, Robert DUPARC, Jean-Claude LORENZO et Ignace VELA

PS: vous pouvez diffuser cette lettre à vos amis et aussi nous signaler si vous ne désirez plus la recevoir.

Lettre d’information n°1

La lettre des élus de l’opposition municipale, juillet 2020

Comme vous le savez nous sommes 6 élus d’opposition au sein du Conseil municipal ;

Nous tenons à être une opposition vigilante et réfléchie. 

Nous siègerons dans les commissions municipales suivantes :

Franck Bousquet : finances, culture, patrimoine

Robert Duparc : Finances, urbanisme, logement, voirie, environnement, agriculture, ruralité, appel d’offres

Jean-Claude Lorenzo : développement économique, tourisme, festivités, culture, patrimoine, environnement, agriculture, ruralité

Ignace Vela : développement économique, tourisme, festivités, vie asso, sport, démocratie locale, urbanisme, logement, voirie, appel d’offres

Marie Cavalié : vie asso, sport, démocratie locale, affaires sociales, politique de la ville, affaires scolaires, petite enfance, jeunesse

Estelle Hemmami : affaires sociales, politique de la ville, affaires scolaires, petite enfance, jeunesse, CCAS, 

Nous travaillerons sur les projets constructifs pour la ville et dénoncerons sans relâche les décisions imprégnées de l’idéologie du RN.

Nous vous tiendrons bien sûr informés des prochaines décisions du maire et de son cabinet politique.

Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire ou pour une demande éventuelle de rendez-vous.

Premières décisions du RN

Lors du conseil municipal du 23 juillet, le maire de Moissac a procédé :

– à la création d’un poste de collaborateur de cabinet (il sera occupé par un conseiller régional RN, ancien employeur de Romain Lopez en tant que membre du groupe RN dans cette assemblée et tête de liste RN à Toulouse.)

– au recrutement d’un chargé de communication (tête de liste RN à Cahors )

– à la mise en place de commissions municipales sans aucune représentation de la société civile et à la réduction maximale du nombre de leurs membres 

– à l’augmentation de la rémunération du maire (limite maximale autorisée par la loi) ; Rémunération à la quelle s’ajoute l’indemnité de vice-président de la communauté de communes et celles des syndicats des eaux et de l’électricité.

Que doit-on en retenir ?

Mise en place d’un cabinet RN, effacement des citoyens, une communication municipale au service d’une propagande politique…Etait-ce les priorités dont avait besoin la ville?

Communauté de communes Terres des Confluences

Lors du premier conseil communautaire, Romain Lopez a été élu vice-président par 37 voix sur 62. Ce résultat, comme la manière dont il a été acquis, témoigne d’un abandon total des valeurs républicaines par la majorité aux commandes de cette institution. Non seulement Terres de Confluences se contente d’être une chambre d’enregistrement des résultats des élections municipales sans construire de majorité de projet et de valeurs mais en outre les plus élémentaires des valeurs démocratiques ont été bafouées, aucun débat ni même présentation des divers candidats n’ayant été prévue.

Les élus de notre territoire ont donc, dans leur majorité, décidé de légitimer le RN et d’adouber son représentant. 

En laissant entrer le loup dans la bergerie, les communes de notre territoire prennent le risque de faire de l’extrême droite le parti dominant de l’avenir. 

Plusieurs décisions nous satisfont cependant : le soutien au développement économique local (aide financière aux entreprises suite à la crise du COVID), désignation de Bernard Garguy et Xavier Prevedello au conseil de surveillance de l’hôpital.

Nous vous donnons rendez-vous à la rentrée pour de nouvelles informations et un calendrier afin d’organiser l’avenir et de construire la riposte.

Bon courage et bel été à tous !

Estelle Hemmami, Franck Bousquet, Marie Cavalié, Robert Duparc, Jean-Claude Lorenzo, Ignace Vela.

Compte-Rendu du conseil municipal du 10 décembre 2020

Nous avons participé à un conseil municipal marathon d’une durée de 5 heures. Arbitrairement interdit au public par le maire et avec une retransmission médiocre sur le facebook de la ville de Moissac, l’ordre du jour de ce conseil municipal comportait 50 délibérations.

L’opposition de TEMS est intervenue, comme à chaque conseil, à plusieurs reprises pour permettre le débat sur les points suivants :

– le vote d’une modification du budget principal. L’opposition s’est abstenue sur la proposition de budget modificatif. Ce modificatif  avait pour but d’ajouter 120 000€ de frais de personnel au budget initial alors que les principales créations de poste réalisées depuis le début du mandat sont les embauches d’un directeur de cabinet et d’une personne à la communication, tous deux membres du rassemblement national.

– le camping municipal. La municipalité Rassemblement National  lance des investissements pour le camping avec l’achat de 3 lodges et la rénovation de la piscine mais au détour d’une délibération, on apprend que la vente de notre camping municipal est envisagée. Lorsque l’opposition interroge le maire sur cette vente,  il annonce que la création d’une régie municipale permettra de déterminer si le budget du camping est déficitaire ou excédentaire  et  répond qu’il n’a pas de stratégie, il décidera au moment opportun de privatiser ou non ce bien communal. L’opposition s’est abstenue en l’absence de vision politique sur le devenir  de ce patrimoine municipal auquel les Moissagais sont attachés

– la rénovation de l’habitat. Le maire se vante de mener une politique de rénovation sur le logement dans la ville. Nous lui  rappelons qu’il ne fait que prendre « le train en marche » en apportant sa pierre à l’édifice d’ une politique initiée en 2011 par des élus qui siègent actuellement dans l’opposition municipale. Le succès de ce dispositif ne peut en aucun cas être attribué à la municipalité Rassemblement National élue depuis seulement 6 mois. Par ailleurs, grâce à l’intervention de l’opposition municipale de TEMS lors du Conseil Municipal, une délibération retirée de l’ordre du jour a été présentée au vote de l’assemblée et adoptée à l’unanimité. Grâce à cette intervention, une opération de réhabilitation de 6 logements vacants très dégradés et insalubres pourra être rapidement mise en œuvre dans notre centre ville.