Avec 20% de logements vacants et 25% de sa population vivant sous le seuil de pauvreté, le centre-ville de Moissac a besoin d’autre chose que l’indifférence du maire. La lutte contre les logements indignes menée conjointement par le CCAS, la police municipale et les services de l’Etat a été arrêtée. Le maire annonce le permis de louer après avoir cassé la lutte contre les marchands de sommeil ! Aujourd’hui les logements indécents remplacent les commerces vacants témoignant du mépris du maire pour les politiques de réhabilitation qui luttent contre la paupérisation du centre-ville.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser votre passage sur ce site et permettre certaines fonctions indispensables. Vous pouvez refuser les cookies de personnalisation et de statistiques. Si vous continuez sans refuser, nous considèrerons que vous avez accepté ces cookies. View more
Accepter
Refuser