La politique des copains, l’immobilisme et la discrimination sociale et culturelle.

Le maire de Moissac semble faire peu de cas des procédures, des règles et des critères légaux et objectifs. Cette année pour les subventions aux associations, pas de critères ! Vous demandez et vous êtes servis, sauf si vous n’êtes pas reconnus comme amis. Ainsi certaines associations ont obtenu plus qu’elles ne demandaient et d’autres (comme Arènes Théâtre, MCV ou Escales Confluences) ont disparu des tableaux. Lorsque l’on demande quels ont été les critères : « Remplir le dossier » nous répond t’on et « ne pas avoir l’air de s’opposer au nouveau maire » pourrait-on ajouter….

Dans le même ordre d’idée, le Maire a décidé de retirer la gestion de l’Uvarium à un professionnel de la restauration reconnu, employant huit personnes et ayant redonné du lustre à un lieu emblématique de notre ville. Passez votre chemin si vous croyez que l’intérêt de la commune est le problème du maire….N’oublions pas d’observer ce que deviendra ce lieu dans les prochaines années.

Dans la série « oublions les procédures et les promesses de campagne » nous pouvons aussi citer le non renouvellement des conseils citoyens. Bien qu’ils soient obligatoires dans les quartiers bénéficiant du dispositif politique de la ville et bien que la liste RN ait promis d’en doter tous les quartiers de la ville, le maire a laissé passer une année sans entamer la moindre action. Résultat : il n’y a plus de conseil citoyens… Mais ce n’est pas grave car de toute façon « La démocratie c’est de décider, pas de consulter ou de discuter »nous a répondu le maire lors d’un conseil municipal.

Nous aurions envie d’ajouter que pour le maire RN de Moissac, la démocratie c’est surtout de communiquer et d’inonder Facebook de messages. L’épisode de la vidéo sur l’hôpital de Moissac est symptomatique : une prise de parole, seul, sans rien proposer et surtout sans construire une union des élus du territoire et des citoyens autour d’un service public qui est la propriété de tous. Peu importe si son message est contre-productif l’important est d’avoir l’air de faire plutôt que de faire.
Le seule partie de de son programme qu’il applique sans sourciller est d’essayer par tous les moyens de rendre la vie impossible aux saisonniers et aux citoyens en situation de précarité. Après l’interdiction du linge aux fenêtres dans un secteur qui recouvre désormais toute la ville, voici la fin des aides scolaires municipales aux enfants de saisonniers votée en catimini par le CCAS (mesure contre laquelle nous sommes les seuls à nous être opposés). Les conséquences seront immenses pour ces familles auxquelles le seul message que l’on envoie est celui de la discrimination et du rejet.

Enfin pour terminer un mot pour rappeler au maire de Moissac que diriger une ville en 2021 ce n’est pas  uniquement ramasser les poubelles et discriminer. Pour information, les communes classées en zone de revitalisation rurale (ZRR) ont bénéficié de 22 % de l’enveloppe communale de dotation exceptionnelle France relance et celles dont plus de 15 % de la population réside en quartier prioritaire de la ville (QPV) s’en sont vu attribuer 27 %. Mais à Moissac, pas de plan de relance faute de projet de la mairie. Il est vrai que l’économie n’est sûrement pas la priorité d’une commune dont le taux de chômage dépasse les 20%…

 Estelle Hemmami, Franck Bousquet, Marie Cavallie, Robert Duparc, Igance Vela, Jean-Claude Lorenzo