Un conseil municipal toujours interdit au public mais retransmis en direct sur le facebook de la ville de Moissac. Une retransmission à la gloire du maire, star de la vidéo (on ne voyait que lui à l’image), qui acceptait, parfois, de partager la vedette avec son adjoint aux finances. Les autres conseillers municipaux étaient autant de figurants statiques intégrés au décor du plan fixe de la salle d’où des voix non identifiables surgissaient. Une mise en scène pour rendre le débat inexistant et l’opposition invisible.

Le conseil municipal débute avec le débat d’orientation budgétaire 2021. Privé de débat et sans projet majeur envisagé en 2021, cet exercice devint rapidement une lecture insipide et sans saveur d’une partition budgétaire. L’opposition a dénoncé l’absence de projet politique, l’austérité et la morosité qui caractériseront la gestion de la ville en 2021 par la majorité « Retrouvons Moissac » .

Puis s’ensuit le vote des délibérations, au détour d’une lecture, les élus de l’opposition découvrent que le choix de la gestion de la cuisine centrale est déjà dans les cartons. Le contrat avec la société Sogeres expire en août 2021 et le maire de Moissac, également vice président de l’intercommunalité annonce que la communauté de communes Terres des Confluences a acté le renouvellement de la gestion de la cantine scolaire par une entreprise privée. L’opposition a dénoncé l’absence de débat sur la gestion de la cuisine centrale et sur la qualité des repas que nous proposerons à nos enfants dans les cantines scolaires.

La sécurité est toujours au programme des conseils municipaux du maire Rassemblement National de Moissac. Cette fois-ci ce sont les caméras vidéos qui s’invitent dans le débat. Il est proposé d’acheter de nouvelles caméras pour les installer tout autour de l’abbatiale afin de protéger les fidèles du terrorisme. L’opposition intervient pour rappeler qu’une caméra n’a jamais arrêté un terroriste. Rappelons que Nice est la ville la plus vidéo surveillée de France et que les nombreuses caméras implantées dans cette ville n’ont pas empêché l’attentat à la basilique Notre Dame.

L’opposition a voté contre l’installation de nouvelles caméras parce que la vidéo surveillance ne remplace pas la présence des gendarmes ni la médiation de rue, ce duo répression/prévention étant primordial dans la politique de notre ville.

Concernant la culture, le maire de Moissac souhaite rompre de façon anticipé le partenariat qui lie la ville à la compagnie Arène Théâtre au motif que cette compagnie de théâtre l’aurait insulté lui et ses électeurs pendant la campagne électorale des municipales. Le maire Rassemblement National ne supporte pas la critique envers son parti politique ou envers son action, il confond insultes et prises de position politique. Dans son désir de vengeance il est prêt à priver sa ville d’une offre culturelle reconnue régionalement. Il oublie également que cette rupture unilatérale doit être prévue dans la convention pour être valable.

En omettant d’annexer la convention qui lie Arène Théâtre à la ville de Moissac à la délibération qui propose de dénoncer ladite convention, le maire n’a pas permis au conseil municipal de se prononcer sur la légalité de cette rupture. L’opposition a voté contre la dénonciation anticipée de la convention entre la commune et la compagnie Arène Théâtre et a saisi la sous préfète pour contrôler la légalité de cette délibération votée par la majorité municipale.

Enfin le maire souhaite conclure son conseil municipal sur une note festive en demandant au conseil municipal de voter un budget de 141 770€ pour la fête du chasselas 2021.

Rappelons que le maire Rassemblement National de Moissac qui souhaite une fête grandiose en septembre 2021 n’a autorisé aucune animation sur l’espace public depuis son élection là où d’autres villes du Tarn et Garonne ont organisé, avec les contraintes sanitaires que nous connaissons, des manifestations conviviales à la Toussaint ou pendant les fêtes de Noël